Qu'est ce que le télémark ?

skieur telemark

La pratique du ski remonte à très longtemps. Selon les historiens, les habitants des pays scandinaves auraient déjà glissé sur la neige vers l’an 3000 avant notre ère. Plus tard, durant le 20ème siècle, la multiplication des stations de ski et l’amélioration des moyens de transport ont accéléré sa démocratisation. Le ski est un sport complet. Elle fluidifie la circulation sanguine, renforce le tonus musculaire, optimise l’oxygénation du sang et raffermit les liens entre les amis et les proches. Il permet aussi de découvrir de paysages magnifiques. Le télémark se distingue par son approche en libérant le talon. Cette posture facilite le franchissement des reliefs escarpés et requiert des équipements spécifiques. Faisons le point.

Quelle est l'histoire du télémark ?

L’histoire du ski montre que plusieurs techniques proviennent des traditions nordiques, le télémark en fait partie. Pour l’anecdote, l’origine du mot télémark est une région norvégienne située à 250 km au sud-ouest d’Oslo, la capitale.

Sondre Norheim, le précurseur

Sondre Auversen, un menuisier norvégien, posa les bases du télémark au 19 ème siècle. Il vivait à proximité de Morgedal, un petit village situé dans le comté du Telemark. Bas et très escarpé, le relief constitue un sérieux défi. Lorsque la neige tombe, accéder au village devenait très dangereux. En effet, les skis classiques n’étaient pas assez maniables pour traverser les collines.

Auversen adopta plusieurs solutions. Entre autres le design en taille de guêpe et des skis plus courts. À cette époque, leur longueur avoisinait les trois mètres. Par ailleurs, il décida de décoller son talon lors des virages. Ce choix lui a permis de gagner en précision et sa planche abordait plus facilement les passages difficiles.

Un renouveau après 50 ans d’oubli

Le développement du ski moderne coupa l’élan du télémark, il sera oublié pendant longtemps. Cette longue traversée du désert s’explique par la priorité accordée à la vitesse et la recherche des sensations fortes. Ne pas fixer les talons lorsqu’on dévale une pente à vive allure augmente les risques de chute.

Inventé en Europe, le télémark retrouva une seconde jeunesse durant les années 1980 grâce à de jeunes Américains. Ce renouveau se traduit par une reconnaissance mondiale en 1987. La Fédération internationale de ski (FIS) l’intègre au niveau des sports de compétition. Ensuite, sur le plan du matériel, les planches à taille de guêpe ont bénéficié de la faveur des amateurs de glisse vers la fin de la décennie 90.

Enfin, et non des moindres, les pratiquants ne cherchaient plus la vitesse à tout prix, ils privilégiaient aussi le plaisir. Cet état d’esprit a également stimulé l’essor de discipline telle que le snowboard et le freeride.

Pourquoi se mettre au télémark ?

Le télémark occasion ou pratiqué de manière régulière garantit une expérience unique. En plus d’une meilleure maniabilité, il assure une plus grande proximité avec le terrain. Cette technique est à la portée de tous, même ceux qui commencent le ski. Néanmoins, elle requiert un effort régulier et une grande patience.

La réussite repose sur un bon équilibre. À chaque fois que le skieur modifie sa trajectoire, il doit effectuer un changement de pas et fournir une poussée supplémentaire. La moindre erreur se traduit ainsi par une chute. Néanmoins, l’existence d’un risque permanent l’incite à se surpasser et surtout, la satisfaction grandit à mesure que les mouvements s’enchaînent.

Les qualités physiques jouent un rôle essentiel. Le télémarkeur ajoute une impulsion et ne se contente pas de gérer ses planches. Cette activité nécessite une excellente coordination motrice. Sa maîtrise permet de briller au sein d’autres branches telles que le ski de randonnée et les nouvelles glisses de descente.

Quel matériel utiliser pour faire du télémark ?

Les chaussures

Les chaussures télémark combinent la qualité des chaussures de ski de fond et de ski de piste. Elles sont rigides tout en autorisant le pliage des pieds en mode flex. Le mondo point reste l’unité de base. Comme les orteils s’avancent fortement lors des flexions, il est mieux de prendre une pointure au-dessus.

Les skis

La longueur dépend de votre niveau et du programme :

  • si vous êtes un débutant, un ski ayant votre taille vous aidera à progresser facilement ;
  • si vous maîtrisez les techniques de base, une planche légèrement plus grande renforcera les sensations, une différence de 5 cm suffit ;
  • si vous aimez la randonnée, un ski plus court est conseillé. Il est plus maniable et facilite les conversions.

Les fixations

La fixation télémark à câbles est réputée pour sa souplesse tandis que les modèles NTN, la nouvelle norme du secteur, améliorent la précision.

Les bâtons

Les bâtons réglables offrent plus d’options. Vous pouvez les adapter par rapport à votre programme. En télémark, il faut une longueur plus courte que lors de vos séances en ski alpin.

Comment prendre des virages en télémark ?

Avant d’aller plus loin, il est important de comprendre le vocabulaire de base et de visionner une vidéo de télémark. Dans cette discipline, on ne parle pas de pied gauche, ni de pied droit, le terme approprié est directeur (avant) et suiveur (arrière). Le premier garantit l’impulsion requise au moment de prendre le virage dans la poudreuse.

Le mouvement comporte trois phases

Adopter la posture de base

  • Se mettre en trace directe et en traversée
  • Allonger les bras
  • Fléchir légèrement les jambes
  • Écarter les deux pieds, une parallèle chaussures minimum entre les deux
  • Répartir le poids du corps entre les deux skis

Déclenchement

  • Focalisez votre attention sur l’intérieur du virage ski
  • Effectuez un ciseau glissé et changez votre pied directeur pour tendre vos jambes
  • Déplacez le centre de gravité sur le ski directeur en réalisant un stem amont
  • Maintenez les bras afin de garantir l’équilibre

Entretenir la dynamique

  • Continuez l’effort en pivotement sur le ski directeur
  • Entretenez l’impulsion en convergeant les skis
  • Revenez à la position initiale

Aujourd’hui, plusieurs stations de ski organisent des cours. L’encadrement d’un moniteur favorise la maîtrise des fondamentaux avant d’apprendre une autre technique télémark. Bien entendu, faire preuve de persévérance est nécessaire.

Les meilleurs endroits pour pratiquer le télémark

Tous les terrains conviennent au télémark. Que la piste soit damée ou la neige vient de tomber, les skieurs peuvent maximiser leur plaisir.

Ces quatre destinations se démarquent.

Val d’Isère

La station propose des pistes adaptées au ski télémark, notamment Le Triffolet, La Mattis et le Grand pré.

Chamonix

C’est une destination phare du télémark. Elle accueille des pratiquants de plusieurs pays. Les pistes et les hors-pistes garantissent des sensations uniques. Les 20 km de la Vallée Blanche restent incontournables.

Val Thorens

Ses 600 km de pistes comportent plusieurs itinéraires. Comme la station se situe à 2000 mètres d’altitude, elle offre une vue panoramique sur le paysage.

Saint-Lary-Soulan

Cette station familiale constitue une excellente cadre pour faire du télémark Pyrénées. Outre le ski, vous pouvez aussi visiter le Parc National des Pyrénées et la Réserve de Néouvielle.

Telemark : vers un avenir radieux ?

Les premiers championnats du monde se sont déroulés en 1987. Le développement est également marqué par la création d’un circuit de coupe de monde, les étapes passent par plusieurs pays. Néanmoins, étant absent des Jeux olympiques, le télémark reste méconnu du grand public et il ne bénéficie pas d’une bonne médiatisation.

Le Parallele Sprint et le Team Parallele Sprint étaient présents aux Jeux olympiques jeunes à Lillehammer en tant que démonstration en 2016, les amateurs de télémark espèrent qu’il figurerait bientôt aux Jeux olympiques.